Notre Commune - Histoire d'hier

LA LEGENDE DES PIVARDIAS

Accourez tous à Boissière,

Braves gens des alentours.

Si vous y fait’s un p’tit tour

Vous ne le regrett’rez guère

Vous verrez c’qu’y a d’meilleur

Et c’qu’on n’voit null’ part ailleurs.

Refrain :

Vous verrez qu’y a d’fameux gâs

Au pays des Pivardias

 Vous trouvez qu’les gens d’Boissière

Ont tout d’même un drôle de nom

En savez-vous la raison ?

Vous ne la soupçonnez guère

Si vous voulez écouter

Nous allons vous la conter

Refrain :

Mais d’abord, n’oubliez pas

De saluer les Pivardias

On a perdu la mémoire

Du temps où qu’ça s’est passé

Mais on s’en souvient assez

Pour être sûr de l’histoire

Tout le monde sait qu’y a bien longtemps,

C’est tout d’même depuis Adam.

Refrain :

Et songez qu’depuis c’temps-là

Y’a toujours des Pivardias.

Y avait une statue d’plâtre,

Dans l’jardin d’Monsieur l’curé

Depuis longtemps qu’a durait

A l’tait dev’nue tout’verdâtre.

Si vous n’voulez pas nous croire,

Rien n’vous empêch’ d’y aller voir.

Refrain :

Vous la verrez toujours là,

Pour la gloire des Pivardias

Parti pour un long voyage,

Le pasteur était absent.

On dit qu’il allait souvent

Faire un grand pèlerinage

Et sa servante Suzon

Restait seule à la maison.

Refrain :

Bien tranquille avec son chat

Sous la garde des Pivardias

Certains soirs qu’y avait pas d’lune

Revenant de faire son tour

Chez les mauvais’s langu’s du bourg,

Suzon rentrait à la brune

Quand elle entendit un bruit

Qui l’effraya tout’la nuit.

Refrain :

Croyez bien qu’ca n’était pas

Un’ méchanc’té d’Pivardias

Ça s’passait dans la statue,

Ça piaillait et ça sifflait,

Ça grognait, ça s’lamentait

Et toujours ça continue.

D’façon qu’on croirait tout plein,

Qu’c’est la Saint’Vierge qui se plaint.

Refrain :

A d’vait pas s’plaindre en tout cas,

Des crimes des Pivardias

Suzon, pour conter sa peine,

Se lève de grand matin

Et va verser son chagrin

Dans l’jabot d’la sacristie

Ca soulage de conter

C’qu’on a trop d’peine à porter.

Refrain :

Pour consoler, y en a pas

Qu’ont tant d’cœur qu’les Pivardias.

« Faut m’donner votre parole

Que vous n’en direz pas mot

Vous s’rez muett’ comme un sabot

Pour pas m’fair’ passer pour folle »

« Oui »... Mais au bout d’un moment

Tout l’bourg était au courant

Refrain :

Dam’ : faut  pas poser d’cad’nas

Sur le bec des Pivardias.

Le soir, voilà qu’ça r’commence

Et qu’c’est de plus en plus fort :

C’est pas avec ça qu’on dort !

On a vit’ perdu patience.

Affolée, la Suzon court

Partout chercher du secours.

Refrain :

Y avait qu’à sonner l’branl’bas

Pour trouver des Pivardias

Oui, mais l’chantre était à boire

La bonn’sœur était au lit

Et le sonneur répondit

Qu’il ne voulait rien en croire

Le sacristain et l’bedou

Couraient tous deux l’loup-garou

Refrain :

Ça s’passait souvent comm’ça

Au pays des Pivardias.

Tout d’même voilà qu’on consulte

Les conseillers paroissiaux,

Avec les municipaux

S’assemblent en grand tumulte.

On décida qu’la vision

méritait un’procession.

Refrain :

Rien n'égale en pareil cas

La r'ligion des Pivardias.

On vit la paroisse entière

Accourir de tous côtés

Et se mettre à pas comptés

A suivre croix et bannières

On avait même arboré

La pelle à Saint Honoré.

Refrain :

Saint Honoré, dès c’temps-là

Patronnait ses Pivardias

En grande cérémonie

On s’assemble dévot’ment

Autour du saint monument

En chantant des litanies

A chaque « ora pro nobis »,

Ça répondait « Kis, kis, kiss »

Refrain :

Ça faisait un charabia

Pas connu des Pivardias

On pensa que la Saint’Vierge

N’voulait parler qu’en latin.

Et pour flatter un brin,

A l’eau bénite on l’asperge.

Mais rien ne fait changer l’ton

De son étrange chanson

Refrain :

Ça mettait un grand combat

La patience des Pivardias

Et pourtant faudrait qu’ell’dise

Ce qu’ell’ peut bien nous vouloir

Si nous tenons à l’savoir ;

Emportons-la dans l’église.

Là, pour sûr, ell’ parlera

Et c’qu’ell’ veut, on l’apprendra

Refrain :

Il était pas si sot qu’ça

L’raisonn’ment des Pivardias.

A tous, l’idée paraît bonne :

C’est un moyen radical

Pour descendre sans trop d’mal

La statue de sa colonne

On l’enlève à quatre, avec

Le plus émouvant respect

Refrain :

On entendait battre, en bas,

Tous les cœurs des Pivardias

Mais ce qu’on n’attendait guère

Se montre à tous les égards

C’était un gros nid d’pivards ;

Des p’tits, grands comm’père et

Qui s’envolent à grand fracas

Sous le nez des Pivardias

Refrain :

A Boissièr’, depuis c’temps-là

On port’ le nom d’Pivardias !

 

Retrouvez la Légende des Pivardias dans la partie "Téléchargement"

 

ACTUS >>

Actualités